dimecres, 30 de desembre de 2015

Corsega: non al racisme, non a las manipòlas, solidaritat amb lo pòble còrs / Corse: non au racisme, non aux manipulations, solidarité avec le peuple corse




Corsega : non al racisme, non a las manipòlas, solidaritat amb lo pòble còrs

Lo 13 de decembre passat, las fòrças nacionalistas còrsas obtenguèron una victòria istorica a las eleccions territorialas. Quasi silenciada per los mèdias franceses lo ser dels resultats, aquela victòria representa una esperança per totes los pòbles en lucha per lor libertat, e per tant tanben per Occitània.

Lèu-lèu, aquela victòria a pasmens encolerit los chauvinistas franceses mai encanhats, furioses d’ausir lo president de l’Assemblada de Corsega, l’independentista Jean-Guy Talamoni, prononciar son discors d’investidura lo 17 de decembre tot en lenga còrsa. E una setmana puèi, d’incidents porgiguèron d’autras escasenças per acusar lo nacionalisme còrs de totes los vicis. Dins un quartièr popular d’Aiacciu, dos encagolats assalhiguèron de pompièrs en tot téner de prepauses racistas contra los còrses. L’endeman, un rassemblament de sosten als pompièrs degenerèt en actes de violéncia antiaràbia. Los mèdias parlèron pauc del primièr incident, mas fòrça mai del segond, e l’eurodeputat socialchauvinista Jean-Luc Mélenchon escriguèt un article ont, coma o fa sovent, amalgamava lo nacionalisme còrs e la violéncia, e comparava los actes racistas amb lo discors en lenga còrsa de Talamoni. Totun, malgrat un relatiu silenci mediatic a aquel prepaus, tant lo president del Conselh Executiu, l’autonomista Gilles Simeoni, coma Talamoni condemnèron clarament lo racisme antiarabi coma contrari a la tradicion politica nacionalista còrsa.

Coma los independentistas còrses d’esquèrra del movement A Manca, nos pausam de questions sus  la facilitat amb la quala los racistas se poguèron organizar per manifestar –malgrat l’estat d’emergéncia– e assalhir una sala de pregària musulmana, e sus l’impunitat totala de gropusculs d’extrèma drecha, que pasmens apelavan a l’òdi suls rets socials. Un desenat de jorns après la victòria nacionalista còrsa, aqueles deplorables incidents pòdon èsser utils a de manipòlas qu’ensajan de discreditar lo nacionalisme còrs, pasmens non racista, dobèrt a totes los estatjants de l’illa de quina que siá origina.


Iniciativa per Occitània vòl doncas dire clarament que, se condemnam energicament totas las formas de racisme, acceptarem pas tanpauc los amalgamas qu’assòcien de manièra malonèsta los movements de liberacion nacionala a l’extrèma drecha. Afortissèm nòstra plena solidaritat amb lo pòble còrs contra un estat francés que contunha de refusar sas demandas majoritàrias legitimas (cooficialitat, estatut de resident, justícia fiscala, liberacion dels prisonièrs politics) e que son chauvinisme desvolopa l’extrèma drecha que combatrem totjorn.


Corse : non au racisme, non aux manipulations, solidarité avec le peuple corse

Le 13 décembre dernier, les forces nationalistes corses ont obtenu une victoire historique aux élections territoriales. Presque passée sous silence par les médias français le soir des résultats, cette victoire représente une espérance pour tous les peuples en lutte pour leur liberté, et par conséquent aussi pour l’Occitanie.

Très vite, cette victoire a cependant mis en colère les chauvinistes français les plus acharnés, furieux d’entendre le président de l’Assemblée de Corse, l’indépendantiste Jean-Guy Talamoni, prononcer son discours d’investiture le 17 décembre tout en langue corse. Et une semaine après, des incidents ont fourni d’autres occasions pour accuser le nationalisme corse de tous les vices. Dans un quartier populaire d’Ajaccio, deux cagoulés ont assailli des pompiers en tenant des propos racistes contre les Corses. Le lendemain, un rassemblement de soutien aux pompiers a dégénéré en actes de violence anti-arabe. Les médias ont peu parlé du premier incident, mais beaucoup plus du second, et le député européen social-chauviniste Jean-Luc Mélenchon a écrit un article où, comme il le fait souvent, il amalgamait le nationalisme corse et la violence, et comparait les actes racistes avec le discours en langue corse de Talamoni. Pourtant, malgré un relatif silence médiatique à ce propos, aussi bien le président du Conseil Exécutif, l’autonomiste Gilles Simeoni, que Talamoni ont clairement condamné le racisme anti-arabe comme contraire à la tradition politique nationaliste corse.

Comme les indépendantistes corses de gauche du mouvement A Manca, nous nous posons des questions sur la facilité avec laquelle les racistes ont pu s’organiser pour manifester –malgré l’état d’urgence– et attaquer une salle de prière musulmane, et sur l’impunité totale de groupuscules d’extrême droite, qui appelaient toutefois à la haine sur les réseaux sociaux. Une dizaine de jours après la victoire nationaliste corse, ces déplorables incidents peuvent être utiles à des manipulations qui essaient de discréditer le nationalisme corse, ouvert à tous les habitants de l’île de toute origine.

Iniciativa per Occitània veut donc dire clairement que, si nous condamnons énergiquement toutes les formes de racisme, nous n’accepterons pas non plus les amalgames qui associeraient de façon malhonnête les mouvements de libération nationale à l’extrême droite. Nous affirmons notre pleine solidarité avec le peuple corse contre un État français qui continue de refuser ses demandes majoritaires légitimes (coofficialité, statut de résident, justice fiscale, libération des prisonniers politiques) et dont le chauvinisme développe l’extrême droite que nous combattrons toujours.

Cap comentari:

Publica un comentari a l'entrada