dijous, 18 de maig de 2017

IPO sosten la lucha obrièra de GM&S a la Sostrana / IPO soutient la lutte ouvrière de GM&S à La Souterraine

Comunicat en occitan e francés/ Communiqué en occitan et français

Iniciativa per Occitana sosten la lucha obrièra de GM&S a la Sostrana

La Sostrana, aquesta borgada d'aperaquí 5000 abitants de Marcha Lemosina, patís dempuèi plusors ans una succession de tragèdias economicas. Ja en 1992, lo fabricant de costums De Fursac i aviá suprimit 342 emplecs per los deslocalizar en Polonha.
L'autre grand provesidor d'emplecs d'aquesta val industriala, l'entrepresa GM&S -fornidora de pèças pels automobilistas- es en crisi grèva. Se res non es pas fach rapidament, çò es s'un repreneire es pas trapat dins los jorns que seguisson, la barradura serà definitiva e la totalitat dels 283 emplecs existiràn pas pus.


E pasmens, l'istòria d'aquesta entrepresa, que remonta als ans 1960 aviá ben començat, amb un efectiu de fins a 600 salariats e de carnets de comanda de sos dos clients màgers (lo grop Renault e lo grop PSA) plens pendent plusors annadas. Mas l'ultraliberalisme global es passat per la Sostrana amb tot son cortègi de crompas e recrompas de l'entrepresa, sas èrsas de licenciaments, la pèrda de fisança dels clients e dels banquièrs, amb coma consequéncia lo demesiment fins ara irreversible de l'activitat de l'entrepresa.

Iniciativa per Occitània considèra que lo cas GM&S de la Sostrana es simptomatic d'una malautiá que tòca l'Occitània tota:

- d'una part, trapam un trachament geografic de l'economia nòstra digne del colonialisme interior amb de pams entièrs del territòri que son siá oblidats, siá subreesplechats al profièch dels grands grops industrials ultraliberals

- d'autra part, una politica publica de benvolença incomprensibla cap a una casta de patrons-sacamands qu'utilizan los fonses publics d'ajuda a l'economia per s'emplenar las pòchas a mesura que l'entrepresa s'es venduda e recomprada e qu'installan los èssers umans coma una variabla de la destinacion purament economica.

Comprenèm lo desespèr dels trabalhadors de GM&S de la Sostrana que los mena a voler destruire l'usina, çò qu'es, per qual coneis l'èime obrièr, l'actitud del desespèr ultim. Sèm solidaris amb lor combat. Sèm amassa amb totas las fòrças sindicalas e popularas que luchan per trapar una solucion perenna per manténer e desvolopar GM&S de la Sostrana. Volèm saludar la solidaritat de qualques politicians que son venguts batalhar al costat dels obrièrs, coma per exemple Felip Poton, l'èx-candidat occitan a l'eleccion presidenciala. Pensam que la solucion sortirà sonque de la batèsta populara e obrièra. Refusam que d'interèsses inics desmantèlen lo patrimòni economic e social d'una partida d'Occitània.


Iniciativa per Occitània soutient la lutte ouvrière de GM&S à la Souterraine

La Souterraine, cette petite ville d'environ 5000 habitants de la Marche Limousine, souffre depuis plusieurs années d'une succession de tragédies économiques. Déjà en 1992, le fabricant de costumes De Fursac y avait supprimé 342 emplois pour les délocaliser en Pologne. L'autre grand créateur d'emplois de cette vallée industrielle, l'entreprise GM&S - fournisseur de pièces automobiles - traverse une crise grave. Si rien n'est fait rapidement, en d'autres termes si un repreneur n'est pas trouvé dans les prochains jours, la fermeture sera définitive et la totalité de ses 283 emplois n'existeront plus.

Et pourtant l'histoire de cette entreprise, qui remonte aux années 1960 avait bien commencé, avec un effectif allant jusqu'à 600 salariés et des carnets de commande en provenance de ses deux principaux clients (le groupe Renault et le groupe PSA) remplis pendant plusieurs années. Mais l'ultra-libéralisme global est passé par La Souterraine avec tout son cortège d'achats et de rachats de l'entreprise, ses vagues de licenciements, la perte de la confiance des clients et des banquiers, avec comme comme conséquence la diminution jusqu'ici irréversible de l'activité de l'entreprise.

Iniciativa per Occitània considère que le cas GM&S de La Souterraine est symptomatique d'une maladie qui ronge l'Occitanie toute entière :

- d'une part, on trouve un traitement géographique de l'économie occitane digne du colonialisme intérieur avec des pans entiers du territoire qui sont, soit oubliés, soit surexploités au profit des grand groupes industriels ultralibéraux

- d'autre part, une politique publique de bienveillance incompréhensible envers une caste de patrons-voyous qui utilisent les fonds publics d'aide à l'économie pour se remplir les poches au fur et à mesure que l'entreprise se vend et se rachète et qui installent les êtres humains comme une variable a finalité purement économique

Nous comprenons le désespoir des travailleurs de GM&S de La Souterraine qui les conduit à vouloir détruire l'usine, ce qui est, pour qui connaît l'esprit ouvrier, l'attitude du désespoir ultime. Nous sommes solidaires de leur combat. Nous sommes avec toutes les forces syndicales et populaires qui luttent dans le but de trouver une solution pérenne qui fasse tenir bon et se développer GM&S de la Souterraine. Nous voulons saluer la solidarité de quelques politiciens qui son venus se battre au côté des ouvriers comme par exemple Philippe Poutou, l'ex-candidat occitan à l'élection présidentielle. Nous pensons que la solution ne peut que sortir de la bataille populaire et ouvrière. Nous refusons que des intérêts iniques démantèlent le patrimoine économique et social d'une partie de l'Occitanie.




dissabte, 29 d’abril de 2017

Macron es un perilh... e Le Pen encara mai/ Macron est un danger... et Le Pen encore plus






Macron es un perilh... e Le Pen encara mai

Lo laboratòri politic Iniciativa per Occitània “sosten” ideologicament pas cap de candidat al segond torn de l’eleccion presidenciala francesa. Solament demandam als ciutadans de causir lor actitud en foncion dels perilhs.

Marine Le Pen es un perilh pus naut qu’Emmanuel Macron. Es una enemiga declarada de l’occitan, de las autras lengas minorizadas e de totas las minoritats de l'estat francés. S’es pas destacada de las posicions autoritàrias, racistas e omofòbas de l’extrèma drecha. Sosten l’extremisme de Putin e Trump. S’arribèsse al poder, seriá un grand perilh per nòstra cultura, nòstras libertats, pel País Occitan, sa democracia e mai per la patz.

Emmanuel Macron semblariá pus moderat. Mas son programa servís lo poder opac de las grandas bancas que someton de païses entiers a de politicas antisocialas... O podèm pas acceptar. S’engatja pas seriosament per la lenga nòstra e la subrevivença de la cultura occitana. Ditz que vòl ratificar la Carta Europèa de las Lengas Regionalas e Minoritàrias, mas aquela carta es ineficaça: una tala proposicion manca de seriós: lo candidat Hollande, en son temps, faguèt çò meteis amb la resulta que sabèm.

Lo sistèma politic francés, amb sas eleccions de dos torns, redutz las esperanças democraticas. Lo progrès passarà per las luchas socialas e ecologistas, per una economia de proximitat, per de libertats mai orizontalas e un poder mens centralizat, per la reapropriacion civica del país e per un usatge audaciós de la lenga occitana.


Macron est un danger... et Le Pen encore plus

Le laboratoire Iniciativa per Occitània ne “soutient” idéologiquement aucun candidat au second tour de l’élection présidentielle française. Nous demandons seulement aux citoyens de choisir leur attitude en fonction des dangers.

Marine Le Pen est un danger plus élevé qu’Emmanuel Macron. C’est une ennemie déclarée de l’occitan, des autres langues minorisées et de toutes les minorités de l’État français. Elle ne s’est pas détachée des positions autoritaires, racistes e homophobes de l’extrême droite. Elle soutient l’extrémisme de Poutine et Trump. Si elle arrivait au pouvoir, elle représenterait un grand danger pour notre culture, nos libertés, pour le Pays Occitan, sa démocratie et même pour la paix.

Emmanuel Macron semblerait plus modéré. Mais son programme sert le pouvoir opaque des grandes banques qui soumettent des pays entiers à des politiques antisociales... Nous ne pouvons pas l’accepter. Il ne s’engage pas sérieusement pour notre langue et la survie de la culture occitane. Il dit vouloir ratifier la Charte Européenne des Langues Régionales et Minoritaires, mais cette charte est inefficace: une telle proposition manque de sérieux: le candidat Hollande, en son temps, a fait la même chose avec le résultat que nous savons.

Le système politique française, avec ses élections à deux tours, réduit les espérances démocratiques. Le progrès passera par les luttes sociales et écologistes, par une économie de proximité, par des libertés plus horizontales et un pouvoir moins centralisé, par la réappropriation civique du pays et pour un usage audacieux de la langue occitane.


dimarts, 18 d’abril de 2017

IPO sosten Felip Poton e Joan Lassala/ IPO soutient Philippe Poutou et Jean Lassalle

Iniciativa per Occitània sosten Felip Poton e Joan Lassala
Dins l’eleccion presidenciala francesa de 2017, sols dos candidats declaran que vòlon sosténer la lenga occitana après respondre a qualques associacions occitanistas: se tracta de Felip Poton (NPA) e de Joan Lassala. Felip Poton apond que sosten tanben lo drech d’autodeterminacion dels pòbles minorizats, e mai promòu la justícia sociala en arborant de valors pròchas de las nòstras.
Lo movement Iniciativa per Occitània crida donc los abitants a votar per Felip Poton o Joan Lassala.
Tanben Iniciativa per Occitània demanda de luchar contra los candidats que se presentan coma jacobins, centralistas e idolatras de la lenga francesa (çò qu’es una posicion evidenta de mesprètz contra l’occitan, lenga en perilh de mòrt). Per ansin, demandam de barrar la rota a Jean-Luc Mélenchon, Benoît Hamon, Emmanuel Macron, François Fillon, Nicolas Dupont-Aignan e Marine Le Pen. A prepaus de Marine Le Pen, precisam que combatèm tanben sas idèas d’extrèma drecha coma l’asirança e l’autoritarisme.
Iniciativa per Occitània soutient Philippe Poutou et Jean Lassalle


Dans l’élection présidentielle française de 2017, seuls deux candidats déclarent vouloir soutenir la langue occitane après avoir répondu à quelques associations occitanistes: il s'agit de Philippe Poutou (NPA) et de Jean Lassalle. Philippe Poutou ajoute qu'il soutient aussi le droit des peuples minorisés à l'autodétermination, et même promeut la justice sociale en arborant des valeurs proches des nôtres.


Le mouvement Iniciativa per Occitània appelle donc les habitants à voter pour Philippe Poutou ou Jean Lassalle.


Iniciativa per Occitània demande aussi de lutter contre les candidats qui se présentent comme jacobins, centralistes et idolâtres de la langue française (ce qui est une position évidente de mépris de l’occitan, langue en danger de mort). C'est pourquoi  nous demandons de barrer la route à Jean-Luc Mélenchon, Benoît Hamon, Emmanuel Macron, François Fillon, Nicolas Dupont-Aignan et Marine Le Pen. À propos de Marine Le Pen, nous précisons que nous combattons aussi ses idées d'extrême droite comme la haine et l’autoritarisme.

diumenge, 25 de desembre de 2016

Gardarem Provença [traduction française de l'éditorial de Jornalet]





La région appelée Provence-Alpes-Côte d’Azur (PACA) a décidé de soutenir les associations qui travaillent pour l’antioccitanisme, le sécessionnisme linguistique et la fragmentation de la langue occitane, et de punir les collectifs qui travaillent pour la langue d'oc, en particulier Calandreta. Dans ce sens, le Conseil Régional financera avec un demi-million d'euros le dénommé "Observatoire de la langue provençale", un projet dirigé par le seul Collectif Provence alors que les écoles immersives de Provence perdront 35 000 euros de la subvention régionala. Aquò d’Aquí l'a rapporté, La Setmana s'en est fait l'écho, et nous en avons parlé dans Jornalet mercredi dernier.

Le président régional, Christian Estrosi, a justifié son choix en insinuant que Calandreta n'enseigne pas la langue qu'il faut et qu'elle ne s'inscrit pas dans sa "politique de défense de l’identité et des traditions de la culture". Il est évident qu’Estrosi préfère la folklorisation et la muséification de la langue et non pas sa transmission. Et s'il faut contrevenir à la science en parlant de langues d’oc au pluriel, peu importe, car à la fin, pour lui, il s'agit toujours de patois.

Pour l'équipe de Jornalet, la décision d’Estrosi nous mène à une situation d'urgence nationale. Nous ne voulons pas rester enfermer dans des traditions du XIXe siècle. Nous voulons simplement vivre et décider au pays, et nous voulons le faire dans une langue digne et vivante et en harmonie avec toutes les personnes qui habitent le pays, d'où qu'elles viennent.

C'est pourquoi l'équipe de Jornalet lance un appel désespéré aux scientifiques, aux artistes, aux élus et à toutes les personnalités du pays, qu'elles soient de Provence ou d'ailleurs, à réagir publiquement et à faire tout le tapage qu'il faut pour renverser cette situation. Dans ce sens, nous appelons
— les scientifiques, tout particulièrement les linguistes spécialisés en occitan ou langues romanes, à convenir d’un manifeste public en faveur de l’unité de la langue occitane,

— les observatoires internationaux des droits humains et des droits linguistiques à prendre connaissance de la situation et à réagir,

—tout l'occitanisme à mettre de côté ses différends et à s'unir dans une action massive pour la langue en Provence,

—l’Office Public de la Langue Occitane à exprimer à Estrosi son malaise et invite de nouveau à le rejoindre les régions dénommées Provence-Alpes-Côte d’Azur et Auvergne-Rhône-Alpes,

— Carole Delga, présidente de la région qui a pris le nom d'Occitanie; Alain Rousset, président de la région qui s'appelle Nouvelle Aquitaine et qui s’est déclaré publiquement occitan, et Laurent Wauquiez, président d’Auvergne-Rhône-Alpes, à rencontrer le président Estrosi et à construire des politiques linguistiques sérieuses et justes.

Ah! se me sabien entèndre!
Ah! se me voulien segui!



Venètz de legir la traduccion francesa de l'editoriau de Jornalet dau 25 de decembre de 2016

diumenge, 18 de desembre de 2016

Letra per mandar al MUCÈM / Lettre à envoyer au MUCEM






En seguida de l'accion menada per Danís Capian davant lo MUCÈM de Marselha, trobaretz çai jos la letra que mandarem al president d'aquel musèu. Vos en podètz inspirar per li escriure tanben.

À la suite de l'action conduite par Denis Capian devant le MUCEM de Marseille, vous trouverez ci-dessous la lettre que nous enverrons au président de ce musée. Vous pouvez vous en inspirer pour lui écrire aussi.



Iniciativa per Occitània
18, faubourg des frères Montgolfier
26700 Pierrelatte



à M. Jean-François Chougnet,
Président du MUCEM
7, promenade Robert Laffont
13002 Marseille

Pierrelatte, le 19 décembre 2016



Monsieur le Président,



Samedi 17 décembre, de simples citoyens dont nous étions sont venus, devant votre musée, entre 12h et 16h, déployer une banderole dont le texte disait simplement :

« Còntra lei persecucions cadun a drech de cercar asil e de beneficiar de l'asil dins d'autrei país. Declaracion Universala dei Drechs Umans (article 14) »

Vous l'aurez reconnue, il s'agit de la traduction en occitan, ou plus exactement en provençal, de l'article de la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme qui se décline en diverses langues, dont trois fois le français, sur la façade de verre du MUCEM.

La langue historique de Marseille, une des grandes langues méditerranéennes de civilisation, l'occitan, ou le provençal, n'y figure pas.

L'action menée le 17 décembre par M. Denis Capian, qui vous avait interpellé sans recevoir de votre part la moindre réponse, a reçu un accueil favorable du public qui passait devant cette simple banderole. Beaucoup ne comprenaient pas pourquoi la langue méditerranéenne propre à Marseille se trouvait exclue, comme si on ne pouvait pas accueillir en provençal l'étranger en souffrance. De son côté, le journal occitan Jornalet, lu par des milliers d'internautes, en a parlé par deux fois le même jour, dans un article:

La façade devant laquelle la banderole s'est déployée ce samedi-là ne portait aucune inscription particulière, comme si l'emplacement vide attendait d'être occupé par l'occitan. Votre musée s'honorerait d'écouter cette demande légitime.

Je vous prie de bien vouloir agréer, Monsieur le Président, l'expression de mes sentiments distingués.

Gerard Joan Barceló,

Président d'Iniciativa per Occitània

diumenge, 27 de novembre de 2016

L'Occitanie historique [traduction française de l'éditorial de Jornalet]








“L’unité scientifique de l’espagnol, du français et de l’italien n'est pas mise en question”, dit en occitan le linguiste galicien Antonio Molexón Domínguez dans son interview que nous publions dans ce journal. C'est toujours l’unité des langues minorisées qui est mise en question par d’organismes au service de l’empire qui cherche à détruire ces langues. Comme d’autres langues minorisées et menacées, l’occitan subit quelques tentatives de sécessionnisme linguistique: en gascon, en auvergnat et en provençal. Parfois aussi en niçois, mais de manière plus vague. C'est Domergue Sumien qui en parlait dans Jornalet en juin 2014.

Les divisions administratives de l’État français sont un autre attentat contre notre langue, notre culture et même notre histoire. Il s'agit de divisions arbitraires qui suivent des critères géostratégiques. D'ordinaire, elles brisent les contrées historiques et culturelles du pays, et elles ont porté un coup à la vision occitane du territoire. Par exemple, la région qui a pris le nom de l'Occitanie contient des morceaux importants de la Gascogne, de la Guyenne et du Languedoc, et même de tout petits bouts de la Châtaigneraie et du Carladès en Auvergne et l’extrémité occidentale du Comtat Venaissin en Provence. En outre, elle comprend une toute petite extrémité du Pays de Serres, et partage les contrées du Bas-Armagnac, de l'Aubrac, de la Margeride et de la Cévenne  languedocienne.

C'est pourquoi nous croyons qu’il n'est guère judicieux d’affirmer publiquement que cette “région administrative rassemble 90% de l’Occitanie historique”, comme l'a fait le président de Convergence Occitane, selon ce que nous pouvions lire dans La Setmana. Cette affirmation suit une interprétation personnelle de l’origine du terme “Occitanie” qui met en question le mouvement occitaniste des cinquante dernières années et qui pourrait alimenter les thèses du sécessionnisme linguistique mentionné dans le premier paragraphe de cet éditorial. À un moment où le combat occitaniste est en train de reculer et perd de plus en plus d’influence à cause de sa fragmentation, il est important de construire des stratégies d’unité et non pas de division. Le fait que cette région ait pris le nom de tout le pays peut être une occasion cruciale pour un combat politique de portée nationale. Aussi bien la région citée comme le mouvement occitaniste du reste du territoire occitan doivent s'engager à travailler ensemble pour répandre le sentiment d’occitanité, la connaissance de la culture propre du pays et l'envie de récupérer la langue et de la faire vivre.

Par exemple, défendre à l'heure actuelle l’occitan à Marseille —la plus grande ville d’Occitanie— est un acte d’héroïsme. Et c'est pour cette raison que nous voulons saluer l’énorme travail que réalise l’Ostau dau País Marselhés (OPM) avec sa diffusion de la langue et de la culture occitanes et dans le cadre de l’interculturalité et de la diversité culturelle de notre pays, comme nous le revendiquions dans l’éditorial de la semaine passée. En outre, nous voulons aussi saluer l’action que deux militants à titre individuel et en dehors de l’OPM mèneront à bien le 17 décembre prochain devant le Musée des Civilisations d’Europe et de la Méditerranée pour y revendiquer l’occitan. Pourrions-nous les rejoindre et les soutenir? Est-ce que nous allons à Marseille le 17 décembre prochain?


Venètz de legir la traduccion francesa de l'editorial de Jornalet del 27 de novembre de 2016.

dissabte, 26 de novembre de 2016

Bandissèm nòstra campanha "Aicí tanben es Occitània" / Nous lançons notre campagne "Ici aussi, c'est l'Occitanie"



Bandissèm nòstra campanha
 "Aicí tanben es Occitània"


Lo novèl nom de la region que fusiona Lengadòc-Rosselhon e Miègjorn-Pirenèus a creada una ambigüitat. D'unes sabon pas pus s'"Occitània" designa una region administrativa francesa a l'entorn de Tolosa e Montpelhièr, o se se tracta de tot lo país, qu'es fòrça mai vast qu'aquela region. 

Volèm al contrari afirmar amb fòrça qu'aimam e defendèm amb lo meteis estrambòrd tota Occitània, del nòrd al sud e de l'oèst a l'èst. Per ansin avèm bandit despuèi qualques jorns, a partir de nòstra campanha Facebook, una campanha per afortir que cada territòri occitan tanben es Occitània. Cada jorn publicam un novèl imatge consagrat a una partida d'Occitània.

Convidam nòstres compatriòtas e totes los amics de nòstre país a partejar sus los rets socials e endacòm mai aqueles imatges per que digam ensems: "Aicí tanben es Occitània!"



Nous lançons  notre campagne "Ici aussi, c'est l'Occitanie"


Le nouveau nom de la région qui fusionne Languedoc-Roussillon et Midi-Pyrénées a créé une ambigüité. Certains ne savent plus si "Occitanie" désigne une région administrative française autour de Toulouse et Montpellier, ou s'il s'agit du nom de tout le pays, qui est bien plus vaste que cette région. 

Nous voulons au contraire affirmer avec force que nous aimons et défendons avec le même enthousiasme toute l'Occitanie, du Nord au Sud et de l'Ouest à l'Est. C'est pourquoi nous avons lancé depuis quelques jours, à partir de notre page Facebook, une campagne pour affirmer que chaque territoire occitan, c'est aussi l'Occitanie. Chaque jour, nous publions une nouvelle image consacrée à une partie de l'Occitanie.

Nous invitons nos compatriotes et tous les amis de notre pays à partager sur les réseaux sociaux et ailleurs ces images pour que nous disions ensemble "Ici aussi, c'est l'Occitanie!"