dimarts, 11 de novembre de 2014

Tèxte de nòstre discors per l'omenatge a las victimas occitanas de la Guèrra Granda


Tèxte en occitan. Sèg la traduccion francesa / Texte en occitan. La traduction française ci-après.

L’an passat a Aniana, Iniciativa per Occitània e d’autres occitans venguèrem onorar la memòria del soldat occitan de 1914 qu’o perdèt tot, la santat e la vida, l’amor e la familha, lo trabalh e la dignitat a causa dels imperialismes que provoquèron la Primièra Guèrra Mondiala, un conflicte tant òrre, tant atròç que las gents l’apelèron la Guèrra Granda, en esperant a tòrt que foguèsse la darrièra.

Al soldat occitan, diguèrem fa un an : “Soldat occitan, ton enemic èra pas l'alemand. Ton enemic èra lo chauvinisme, èra l'imperialisme que mandèt a la mòrt en nom de França tos fraires e tant de pòbles colonizats coma tu”. Ongan, a Sant Fèlix de Lauragués,  nos tornam trobar davant los meteisses mots d’Antonin Perbòsc –“La guèrra qu’an volguda / Es la guèrra a la guèrra / Son mòrts per nòstra tèrra / E per tota la terra. Òc, sèm aicí per la patz e per la relacion frairala de totes los pòbles, contra los masèls e las barbariás en nom dels egoïsmes estatals.

Mentre que França multiplica las celebracions pel centenari de la Primièra Guèrra Mondiala en taisar sas responsabilitats, nosautres volèm seguir lo ponch de vista de las victimas. Òc-ben, pensam a las victimas, a totas las victimas, en particular a las nòstras. Als centenats de milierats d'occitans que patiguèron dins lor carn aquel chaple inutil, a las familhas destruchas, a totas las sofrenças acomoladas. Mas tanben als vilatges decimats condemnats a mòrt. Al sacrifici de l’economia de nòstre país, que ja èra estada despossedida pel centralisme francés. Als milierats de soldats mutilats e andicapats que podián pas pus participar a una vida sociala normala.

Mentre que França contunha de negar l’existéncia de sos pòbles, lo soldat occitan, el, aguèt de renonciar a tot: a sa lenga e a sa cultura, interdichas a l’escòla e objèctes de totas las umiliacions; a sa tèrra per se batre sus de tèrras luenchencas que lo comprenián pas; a sa vida per un estat que mespresava sa personalitat.

Per aiçò, en nom de totas aquelas sofrenças, de tot aquel mesprètz, de tota aquela despossession que patiguèron las victimas occitanas de la Guèrra Granda e qu’Occitània patís encara, demandam solemnament a l’estat francés lo drech de reparacion istorica. Que França reconesca son injustícia e sa brutalitat devèrs nòstre pòble e nos permeta de recuperar totes los atributs de nòstra personalitat occitana que nos son estats panats.


O devèm al soldat occitan. 

Sant Fèlix de Lauragués, 11 de novembre de 2014.




Traduccion francesa

L’an dernier à Aniane, Iniciativa per Occitània et d’autres occitans sommes venus honorer la mémoire du soldat occitan de 1914 qui a tout perdu, la santé et la vie, l’amour et la famille, le travail et la dignité à cause des impérialismes qui ont entraîné la Première Guerre Mondiale, un conflit si horrible, si atroce que les gens l’ont appelé la Grande Guerre, en espérant à tort que ce soit la dernière.

Au soldat occitan, nous avons dit il y a un an : “Soldat occitan, ton ennemi n’était pas l’allemand. Ton ennemi était le chauvinisme, c’était l'impérialisme qui a envoyé à la mort au nom de la France tes frères et tant de peuples colonisés comme toi”. Cette année, à Saint-Félix-Lauragais,  nous nous retrouvons devant les mêmes mots d’Antonin Perbosc –“La guèrra qu’an volguda / Es la guèrra a la guèrra / Son mòrts per nòstra tèrra / E per tota la tèrra” (“la guerre qu’ils ont voulue, c’est la guerre à la guerre. Ils sont morts pour notre terre et pour toute la terre”). Oui, nous sommes ici pour la paix et pour la relation fraternelle entre tous les peuples, contre les tueries et les barbaries au nom des égoïsmes étatiques.

Pendant que la France multiplie les célébrations pour le centenaire de la Première Guerre Mondiale en passant sous silence ses responsabilités, nous, nous voulons adopter le point de vue des victimes. Oui, nous pensons aux victimes, à toutes les victimes, en particulier aux nôtres. Aux centaines de milliers d'Occitans qui ont subi dans leur chair ce massacre inutile, aux familles détruites, à toutes les souffrances accumuluées. Mais aussi aux villages décimés condamnés à mort. Au sacrifice de l’économie de notre pays, qui avait été déjà dépossédée par le centralisme français. Aux milliers de soldats mutilés et handicapés qui ne pouvaient plus participer à une vie sociale normale.

Pendant que la France continue de nier l’existence de ses peuples, le soldat occitan, lui, a dû renoncer à tout: à sa langue et à sa culture, interdites à l’école et objets de toutes les humiliations; à sa terre pour se battre sur des terres lointaines qui ne le comprenaient pas; à sa vie pour un État qui méprisait sa personnalité.

C’est pourquoi, au nom de toutes ces souffrances, de tout ce mépris, de toute cette dépossession qu’ont subis les victimes occitanes de la Grande Guerre et que l’Occitanie subit encore, nous demandons solennellement à l’État français le droit de réparation historique. Que France reconnaisse son injustice et sa brutalité envers notre peuple et nous permette de récupérer tous les attributs de notre personnalité occitane que l’on nous a volés.


Nous le devons au soldat occitan. 

Cap comentari:

Publica un comentari a l'entrada